Page d'accueil ACCUEIL

  Autre sujet de la rubrique LA FORET
  Bois et raison constructive

« La forêt est une mine d’or »
 

 
Une courte phrase d’Alain Noël permet de saisir l’idée qui fonde un rapport fondamental à la forêt : « La forêt est une mine d’or » (voir Les Cahiers de Maulnes, n° 3).
Historiquement, on a appris grâce aux archéologues l’existence de nombreuses constructions sur ce site depuis le néolithique. Et la présence de sources d’eau est avancée comme une des raisons vraisemblables de cette implantation. Cependant, si l’on se rappelle l’importance du bois pour les hommes depuis des millénaires, pour le feu, les armes, les maisons, les arts…, il semble bien que ce puisse être une autre raison principale de ces constructions dans cette zone.
Et l’on retrouve cette dynamique pour l’ancien château de Maulnes, la motte féodale, dont la fonction principale supposée n’était pas de défendre mais d’être un lieu de gestion du milieu forestier pour le compte des seigneurs. Et l’enjeu central est ici économique, car c’était la grande ressource financière du comté. Le vieux château était un lieu symbolique représentant la présence d’un contrôle sur le brigandage des bois, mais aussi un abri de la capitainerie et du receveur gérant le domaine.
Le nouveau château de Maulnes aura également cette fonction. En outre, il est projeté pendant une période de réorganisation du système d’exploitation de la forêt par Antoine de Crussol. Il se met alors en place une sorte de progression parallèle et interactive entre une meilleure gestion de la forêt, pour obtenir des revenus supérieurs, et l’investissement dans un nouveau château, qui nécessite des moyens financiers supplémentaires. Par exemple, il semble qu’une surexploitation des bois fut entreprise quelques années avant la construction, créant une source de revenus indispensable au commencement des travaux. Et le rythme de ceux-ci sera par la suite dépendant des moyens financiers disponibles.
C’est aussi toute une histoire de maintien et de développement de la vente du bois, et donc de la logistique de son transport, qui parcourt ce financement. C’est l’émergence ici de l’une des autres richesses environnementales de ce pays, qui devient prépondérante dans ce négoce : les cours d’eau. Ceux-ci vont effet permettre de transporter les produits du bois vers les principaux consommateurs, les Parisiens, grâce notamment à la nouvelle technique de flottage après 1547. La forêt est une des sources principales de toute une chaîne d’économie locale qui fait vivre le pays au jour le jour.





Bruno Choc
     
Contact | Plan du site |